Le pagne du 8 mars, un business en Côte d’Ivoire

Article : Le pagne du 8 mars, un business en Côte d’Ivoire
4 mars 2020

Le pagne du 8 mars, un business en Côte d’Ivoire

Le pagne du 8 mars n’est pas une mauvaise idée. Personnellement je trouve beau de voir des milliers de personnes le 8 mars dans cet uniforme. Mais au-delà du fun qu’est l’uniforme, que gagnent les femmes ? Et malheureusement, le pagne du 8 mars est un gros business dans lequel certaines institutions de l’État s’enrichissent.

J’ai toujours trouvé que le pagne du 8 mars coutait cher. 3500 FCFA ! Dans un pays où la Banque Mondiale révélait qu’en 2015, «46% des ivoiriens vivaient encore avec moins de 750 FCFA par jour», cela est énorme.

Et encore, il faut considérer que la femme constitue la frange vulnérable de cette population. Comment trouver de l’argent pour se procurer un pagne pour célébrer le 8 mars ?

Le 18 février dernier  je me  rends  pour la 2e fois en une semaine à la  à rue du commerce pour acquérir le pagne du 8 mars. C’était pour l’association des femmes de mon village qui voulait cette année marquer ce jour.

Quelle ne fut pas ma surprise de constater que le prix du pagne du 8 mars avait changé. Disons pour certaines couleurs : le violet et le marron.

Au départ je ne trouvais dans aucun magasin les couleurs de mon choix. Et quand je finis par en avoir après plusieurs boutiques,  je me rends compte que le prix a augmenté. Les deux couleurs sont passées subitement de 3500 FCFA à 4000.  Pendant ce temps, le bleu, le vert et l’orange gardaient le prix initial.

Le pagne du 8 mars ne devrait pas subir la loi du marché

Pourquoi, me suis-je interrogée. Comment la loi du marché pouvait-elle s’appliquer à ce pagne ? Où sont passées les autorités ? Je pensais au  ministère de la Femme, de la famille et de l’enfant. Mais aussi au secrétariat d’État chargé de l’Autonomisation de la femme.

Mais je n’étais pas au bout de mes surprises. Lorsque j’engage la conversation sur ce sujet avec les vendeuses, je suis abasourdie.

Une vendeuse s’explique : «Au départ nous  les revendeurs prenaient le pagne au même prix. Mais à un moment il y avait rupture du violet et du marron. Cependant, le ministère en avait pris en quantité suffisante. Et, c’est chez eux que nous nous approvisionnons en ce moment. Et pour le prix auquel nous le payons, nous ne pouvons que le vendre à 4000 FCFA pour avoir notre bénéfice ».

Une seconde vendeuse déclare «pour avoir le pagne, il faut connaitre des gens dans les ministères, ils ont déjà tout payé. C’est avec eux que nous nous procurons. C’est pour ça que c’est cher». Apparemment, ça fait du business dans certains ministères. OH HONTE !

À l’origine, la journée internationale des droits des femmes est une occasion de promouvoir les droits des femmes. Ou encore, faire le bilan des acquis des femmes concernant ces droits à chaque célébration.

Mais nous avons opté pour le folklore sous nos cieux plutôt que de parler des droits réels des femmes.

D’ailleurs le pagne du 8 mars est offert dans les institutions, dans les assemblées où les femmes ont les moyens de s’en offrir. Au lieu de le subventionner pour permettre à un grand nombre de femmes de s’en procurer, il est devenu une source de business.

En plus le pagne du 8 mars est de mauvaise qualité. C’est mon avis, même si je le porte !

Partagez

Commentaires