« Lionesses of Africa », entendez par là « les lionnes d’Afrique ». Le plus grand réseau africain pour les femmes entrepreneurs a organisé le 13 septembre, à Abidjan (au plateau), en partenariat avec l’ambassade du Royaumes des Pays-Bas, une rencontre entre femmes entrepreneures de la Côte d’Ivoire. L’objectif : permettre à ces femmes de se rencontrer, de tisser des liens et de partager les expériences qu’elles ont vécues dans leurs activités. Cette rencontre, c’était l’occasion de mettre en place la section ivoirienne de ce réseau.

Melanie Hawken, fondatrice de lionesses of Africa

Entreprendre c’est affronter les difficultés

Quelques exemples des difficultés rencontrées par différentes femmes :

 «  Je n’arrivais pas à trouver des personnes qui partageaient ma vision…. Souvent, j’étais obligée de réécrire les articles que le stagiaire m’envoyait avant publication, parce que ce n’était pas à mon goût » a déclaré Ami Kouamé, responsable d’Ayana, un « webzyne » (magazine en ligne) destiné aux femmes. Pour elle, sa plus grande difficulté était au niveau des ressources humaines.

Pour Carol Hien, fabricante de confiture et d’autres produits agroalimentaires, en plus d’être analphabète, le manque de financement constituaient un obstacle dans son parcourt : «  je grattais les couvercles de la marque « Lesieur » que je couvrais ensuite avec le pagne… je ne savais pas que je créais ma marque !» une faiblesse qui a fini par être un force pour elle aujourd’hui.

Quant à Bénédicte Mendy, fondatrice d’Okana, le bar mobile, elle confie qu’« à l’époque, je n’avais pas un bon téléphone, donc souvent, je n’avais pas assez de batteries », ce qui pouvait lui faire perdre des marchés quand elle n’était pas joignable.

Invitées à partager leurs expériences pour l’implantation de la section « lionnesses of africa » en Côte d’Ivoire, ces femmes exercent dans des secteurs différents mais elles ont un point en commun : les difficultés rencontrées dans leur domaine d’activité, auxquelles elles ont su faire face. Comment savoir les surmonter et surtout comment ne pas baisser les bras ?

Des femmes entrepreneures au lancement de la section « lionesses Of Africa » à Abidjan

Lionesses of Africa, c’est aussi un réseau de mentorat

Pour Melanie Hawken, Fondatrice de Lionnes of Africa, explique que l’une des méthodes serait de mettre en pratique le pouvoir du partenariat : « s’aider les unes les autres et non se voir comme des compétitrices ». Il s’agit de permettre aux nouvelles de profiter du mentorat de celles qui ont plus d’expérience en la matière.

Quant à  SEM  Robert Van Den Dool, ambassadeur du Royaume des Pays Bas, il soutient cette  initiative qui va permettre de « promouvoir et stimuler l’entrepreneuriat des femmes et surtout des jeunes filles » et d’ajouter que « la femme constitue aujourd’hui un leviers économique ».

Son pays a soutenu cette initiative via Orange Corners, une organisation qui travaille à l’amélioration de l’écosystème entrepreneurial en Afrique.Quant à  Lionesses of Africa , ce réseau existe depuis 2014 et compte pas moins de  700.000 femmes dans le monde !