Le 3ème congrès régional contre la peine de mort se tient du 9 au 10 avril 2018 à Abidjan. L’Union africaine a précisé que la peine de mort  ne concerne pas les enfants.

« L’union africaine stipulait déjà sans ambiguïté dans la charte des droits de l’homme et des peuples en son article 5 que la peine de mort n’est pas prononcée pour les crimes commis par les enfants » a déclaré Joséphine Charlotte Mayuma Kala représentante et cheffe du bureau de liaison de l’Union Africaine en Côte d’Ivoire. Et de préciser que lors de la 26ème conférence des chefs d’Etat et de l’union africaine en juillet 1990 à Addis Abeba la charte africaine des droits et du bien-être de l’enfant garantissait encore le droit imprescriptible de la vie en ce qui concerne les enfants. Outre les enfants à qui la peine de mort ne peut être appliquée ; la cheffe du bureau liaison de l’UA a insisté sur le fait également que la charte des droits de l’homme et des peuples dans l’article 4 mentionne que « Tout individu a droit à la vie et ce texte exige le respect de l’intégrité physique et morale de tout individu ».

Selon Namizata Sangone présidente de la commission nationale des droits de l’homme en Côte d’Ivoire, (CNDHCI) si ce congrès qui se déroule pour la première fois en Afrique a lieu en Côte d’Ivoire c’est parce que le pays « apparait comme un des états en la matière capable de porter la lutte au-delà d’une autre frontière et qu’il n’y a pas dans notre pays un obstacle politique a cette dynamique évolutive »

peine de mort, la Côte d’Ivoire rejette l’idée

Sansan Kambilé garde des sceaux et ministre de la justice et des droits de l’homme de Côte d’Ivoire a réaffirmé la position abolitionniste du pays sur la peine de mort par la constitution du 8 novembre 2016 qui en son article 3 dispose que « le droit à la vie est inviolable. Nul n’a le droit d’ôter la vie à autrui. La peine de mort est abolie » et d’insister sur le fait que « La Côte d’Ivoire rejette toute idée de la peine de mort ».

La peine de mort est abolie en Côte d’Ivoire de droit depuis 2000 mais elle l’était déjà de fait depuis son assertion a l’indépendance en 1960. Bien qu’existante dans la législation antérieure elle n’a jamais connu aucune application depuis l’assertion du pays à l’indépendance. L’Afrique est perçue par des spécialistes comme le prochain continent abolitionniste. Sur les 155 états des pays membres de l’union africaine, 44 ne pratiquent plus la peine de mort.

 Ce 3ème  congrès régional contre la peine de mort a été organisé en Côte d’Ivoire par l’Association ensemble contre la peine de mort en partenariat avec la commission nationale des droits de l’homme en Côte d’Ivoire, la coalition mondiale contre la peine de mort et la fédération internationale de l’action des chrétiens pour l’abolition de la torture (fiacat).