Aujourd’hui c’est le vendredi saint. C’est le jour où les chrétiens catholiques commémorent la crucifixion du Christ. C’est un jour décisif pour les célébrants de la pâque. En Côte d’Ivoire, pays laïc, les entreprises travaillent la mi-journée. Nous sommes à exactement 48h de la fête de la pâque ou paquinou.

crucifixion du Christ ( loudres)

Pâque et paquinou

Vendredi saint ! après la demi-journée de travail la communauté catholique estimée a un peu plus de 40% de la population effectue le dernier chemin de croix du temps de carême. Vous verrez des processions dans toute la ville et même tout le pays.  Ces croyants braveront le soleil ardent pour vivre la passion du Christ avant sa résurrection du dimanche. Ça c’est le premier groupe. Il y a aussi ceux que ce tohu bohu n’intéresse point. Il y a également un troisième groupe, qui se dirigera vers la sortie d’Abidjan, surtout vers l’autoroute du nord en direction du centre du pays. Ceux-là n’ont rien à faire de la résurrection du Christ mais feront la fête. Ils célèbreront paquinou.

 

La Pâque et le baoulé

Je suis originaire du centre de la Côte D’Ivoire, précisément Baoulé, une ethnie subdivisée en 21 groupes.  Ce peuple est paysan. Il cultive principalement le café et le cacao. Ces cultures pérennes qui ont fait la renommée de la terre d’eburnie.

Cependant le centre du pays ayant une végétation de savane n’est pas adapté pour ce genre de cultures qui poussent en zone de forêt. Il faut donc aller soit sans le sud, dans l’ouest ou à l’est du pays. Raison pour laquelle bien qu’ils ne soient pas de ces localités vous y trouverez beaucoup de baoulé. Notre activité rémunératrice nous contraint donc à être en zone forestière.

Alors durant toute une année, la majeure partie du peuple baoulé – disons les bras valides – restent dans des campements à travailler dur à la production du café et du cacao.

Une fois la vente des fèves terminée et que la saison est bouclée, il est important pour ces paysans de retourner chez eux, dans le centre afin de revoir la famille. Cette période coïncide avec la célébration de la pâque des chrétiens mais aussi les congés des élèves.

Un baoulé heureux de retourner au village pour « paquinou »

À cette période tous viennent de différentes régions forestières pour se retrouver dans leurs villages respectifs. C’est le moyen de permettre aux uns et aux autres de se connaître. C’est un moment privilégié pour célébrer aussi les dots et mariages. L’on en profite pour régler les histoires de famille. En gros c’est une période très importante pour nous les baoulés. C’est aussi une période de réjouissances. Des jeux, des concours sont organisés pour célébrer les retrouvailles. Retrouvailles entres anciens amants, entres cousins et cousines. Les nouvelles relations se tissent également, il y a aussi les ruptures. Tout s’y passe. Je dis bien tout. Je pense que c’est plutôt ce côté un peu pervers de la célébration de cette pâque en pays baoulé qui a fini par attirer les autres ethnies du pays qui chaque année se ruent dans les villages baoulés.

 

 

Pâque c’est aussi le marketing et la politique

Les politiciens se sont un peu accaparés cette fête en pays baoulé. Ils en ont profité pour se faire voir par leurs électeurs et pour se positionner. Inauguration d’écoles, de maternités, de pompes à eau, d’électrification de villages… tout ce qui est en leur pouvoir pour faire parler d’eux et de leur parti politique. Que dire des entreprises ?  c’est une période de choux gras pour elles. Il y font de gros chiffres d’affaire.

D’ailleurs elles préfèrent toutes dire paquinou et les pancartes publicitaires le montrent clairement. Mais d’où vient cette appellation

ambiance de  paquinou credit photo: Jean Delmas Ehui

 

La prononciation et le Baoulé

Le peuple baoulé à un souci de prononciation. Quand il parle le français, il ajoute toujours un « i» à la place du « e » , ou un « ou »  à la fin des mots, qui les rendent inutilement longs. Par exemple pour un nom simple comme « Rose », le Baoulé lui dira « Rosou » ou « rosé ». Si l’on considère que  Paquinou =  paqui+ nou ! appréciez donc le décryptage.

Paqui : le « e » a été bien sûr remplacé par un « i »

Nou : le « ou » que le baoulé rajoute à la fin du mot mais qui dans ce cas de figure signifie temps, période.

Paquinou : C’est donc une contraction du mot Pâque : paqui comme le dit le baoule Et de « Nou » : qui veut simplement dire temps période. Si paquinou a eu tant de succès c’est aussi que tous  vont en pays baoulé pour partager et vivre cette expérience. Parce qu’en réalité il faut la vivre pour comprendre. L’ambiance de paquinou est inexplicable. Autant la vivre pour comprendre.

Ben voilà ainsi défini la pâque et paquinou , de quel côté êtes-vous ?