La caravane ansut blogcamp s’est arrêtée le 15 janvier 2017 dans la région de l’Iffou pour sa 3ème étape. Pour le moins qu’on puisse dire c’est qu’il y’a eu une forte mobilisation des fonctionnaires à Daoukro. Et les chefs de service aussi!

le corps préfectoral de la région du Iffou

Les fonctionnaires sont venus nombreux de différentes localité  de la région du Iffou pour prendre part à la formation d’initiation à internet instaurer par  L’agence nationale  du service universel des télécommunications –tic (ansut) et de  l’union nationale des blogueurs de Côte d’Ivoire (unbci). Proviseurs, agents de santé, éducateurs spécialisés ont effectué le déplacement pour se faire former.

lire aussi  Top départ de l’ANSUT Blog Camp

C’était une première de voir autant d’adultes lors de cette caravane. Motivés, Ils ne voulaient vraiment pas resté en marge des nouvelles technologies de l’information

 

Cependant  j’ai été un peu surprise par le comportement de ces cadres de l’administration. Déjà le matin pendant l’enregistrement des participants, les fonctionnaires ont exigé à leur arrivée que l’on s’occupe spécialement d’eux. Ils ont  presque réquisitionné l’une des deux machines qui servaient pour l’enrôlement des participants pour eux. L’un d’eux a lancé «  nous sommes les chefs de services nous n’allons pas quand même faire le rang ! »

Tout pour eux à Daoukro

Apparemment ils n’avaient pas l’intention de se frotter  aux autres participants constitués d’élèves, étudiants et autres salaries qui étaient arrivés de bonne heure  et faisaient la queue.

Quand je rentre dans la salle après avoir enregistré les participants  je me  rends compte que ces fonctionnaires ont fait lever les étudiants qui occupaient les premiers rangs pour prendre leur place et ce avec le même argument, « nous sommes des chefs de service ». Ils étaient assis chacun derrière un ordinateur au lieu de deux sur une machine comme nous l’avons prévu.

 Les chefs de service

Alors que l’heure de la pause approchait, l’un des points focaux de la ville qui avait la maitrise du terrain nous conseille de ne pas  la faire au risque de ne pas pouvoir satisfaire ses chefs de service qui voudront avoir un traitement particulier.

« nous n’allons pas pouvoir les gérer ils vont vouloir se faire servir, manger avant les autres ou encore avoir plus que les autres, ça serait compliqué pour nous ».

Nous suivons donc le conseil du point focal et décidons de finir la formation avant de passer au repas.

Une fois la formation terminée et que l’on annonce les conditions pour avoir un kit-déjeuner pour reprendre des forces, J’entends un monsieur a quelques mètre de moi demander « mais comment cela va se passer pour les chefs de service ? »

Au même moment mon regard croisa celui du point focal qui me fit un clin d’œil comme pour me dire « je vous avait prévenu »

Je suis sortie de la salle sans répondre en me disant intérieurement : « quelle seraient leur attitude s’ils avaient un poste plus important dans l’administration que celui de chefs de service ? » C’est sûr que leurs administrés allaient se prosterner à leur passage.

Quand je pense que sous d’autres cieux le Président de la république partage son repas avec des soldats au front où il se sert lui-même, ici de simples chefs de service ont l’impression d’être des dieux.

Pauvre Afrique !